Le psoriasis, trucs et conseils sur Club therapie

Quand devez-vous consulter votre médecin?

Devant tout psoriasis invalidant, qui s’aggrave ou accompagné de rhumatisme psoriasique

Ce que révèlent les symptômes

Le psoriasis est une maladie bénigne et non contagieuse, d’évolution chronique (la maladie évolue avec des poussées et des rémissions, le plus souvent durant l’été car le soleil tend à blanchir le psoriasis), caractérisée au niveau cutané par une prolifération accrue des cellules de l’épiderme (couche superficielle de la peau), les kératinocytes : on peut comparer le psoriasis à un renouvellement trop rapide de la peau Les causes précises du psoriasis sont encore inconnues mais il survient sur un terrain génétique prédéterminé, il est donc fréquent d’observer plusieurs cas de psoriasis dans une même famille. Le psoriasis toucherait plus d’un million de français. Il peut commencer à tout âge, mais il existe deux périodes plus à risque de voir apparaître un psoriasis : – la puberté : il sagit alors le plus souvent d’un psoriasis avec antécédents familiaux de psoriasis – vers 40-50 ans : ce psoriasis est moins souvent associé à des antécédents familiaux de psoriasis Il existe beaucoup de formes de psoriasis ; la plus fréquente est probablement le psoriasis ” vulgaire “, généralement marqué par des plaques rouges avec des quames blanches à contours bien limités, touchant les coudes, les genoux, le nombril, le haut des fesses… Mais le psoriasis peut aussi toucher les plis (psoriasis “inversé”) tels que le pli interfessier, les plis inguinaux, les plis sous mammaires…, le cuir chevelu (le plus souvent sur la nuque, le pourtour des oreilles, et pouvant y former de véritables carapaces crouteuses appelées “pseudo teigne amantiacée”), le visage (sur le pourtour du nez notamment) et les oreilles (psoriasis séborrhéique), les paumes et des plantes (kératodermie palmoplantaire psoriasique) formant généralement des plaques rouges bien limitées recouvertes de squames, débordant souvent sur les poignets et les chevilles, mais pouvant former une carapace crouteuse et de larges crevasses au niveau des talons notamment, voire des fissures du bout des doigts (pulpite fissuraire) ou encore des pustules… Il peut aussi toucher les ongles, donnant divers aspecte (ongles en dés à coudre, décollement de la partie distale des ongles… Cette liste n’est pas exhaustive.Le psoriasis des ongles est très fréquent Le psoriasis peut aussi provoquer une éruption pustuleuse sur le corps ou toucher les articulations, notamment des mains, des pieds et du bas du dos (“rhumatisme psoriasique”).

On considère donc de plus en plus le psoriasis comme une véritable maladie qui n’est pas seulement cantonnée à des manifestations sur la peau.

Soulagement des symptômes

Dans tous les cas il faut savoir qu’il existe plusieurs phénomènes susceptibles d’aggraver le psoriasis, qu’il convient d’éviter. Parmi ceux ci on peut citer : – l’alcool ; la consommation d’alcool par les psoriasiques doit donc être particulièrement modérée, voire supprimée

– le phénomène de Koebner : le psoriasis est aggravé par les traumatismes de la peau, aussi, il convient de limiter les traumatismes (par exemple ne pas gratter les plaques de psoriasis) et veiller à ne pas assécher la peau en utilisant des savons doux (type surgras ou “savons sans savon”) et bien hydrater la peau avec des crèmes émollientes.

Il existe de nombreux traitements du psoriasis, dont l’indication est pesée par le médecin en fonction du type et de la gravité du psoriasis. Parmi ceux-ci on peut citer – les crèmes, le plus souvent à base de cortisone, de kératolytiques (produits réduisant les squames tels que l’acide salicylique, l’urée…) ou de vitamine D. – les Ultra Violets (UV), délivrés dans des cabines médicales au cabinet du médecin, car on sait que les UV ont un effet bénéfique à petite dose sur le psoriasis – pour les psoriasis plus invalidants, on peut recourir à des traitements pris par voie orale : dérivés de la vitamine A (acitrétine), voire immunosuppresseurs (molécules diminuant l’immunité, tels que la ciclosporine), ou encore antimitotiques (molécules parfois utilisées dans la prise en charge de certains cancers, tels que le méthotrexate)

– enfin, depuis peu sont apparues les biothérapies, des molécules d’un nouveau type, administrées en piqures, et réservées aux psoriasis sévères résistant aux autres thérapeutiques.

Pour un complement d’information sur le psoriasis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *