Les orchidées.

Si on a eu la chance de faire un voyage en Asie Mineure, en Grèce ou en Union Soviétique, on a certainement entendu parler du « salep », et on aura même pu en goûter sous forme de glaces, de boissons rafraîchissantes, de gâteaux, de soupes. Mais qu’entend-on par ce mot, ou, mieux encore, par cette substance qui non seulement est la base, comme nous l’avons dit, de certaines préparations alimentaires, mais qui possède aussi des propriétés pharmacologiques très précises? Le « salep » est une substance alimentaire ou une drogue (si on considère le salep du point de vue pharmacologique) constituée par les tubercules de diverses espèces d’orchidées (récoltées au moment de la floraison, quand elles sont bien gonflées et pleines d’éléments nutritifs) qu’on fait bouillir pendant quelque temps et qu’on met sécher après les avoir enfilées sur un fil comme les perles d’un rosaire. On réduit les tubercules en poudre et on recueille une sorte de fécule composée d’environ pour moitié d’une substance mucilagineuse, pour un tiers d’amidon et pour le reste de protéines, de sucre et de traces de coumarine qui lui donnent une légère odeur. L’usage du salep à des fins alimentaires est très ancien. Les Turcs et les Perses en consommaient (et en consomment toujours) beaucoup. Ce n’est qu’au xv” siècle cependant que l’Europe découvre cette poudre; mais comme les habitudes alimentaires sont très différentes dans nos pays européens, c’est surtout dans le domaine médical que l’usage du salep s’est répandu.

Le fort pourcentage de mucilage contenu dans le salep en fait une très bonne base pour la préparation de décoctions émollientes efficaces pour soigner les inflammations de la muqueuse gastro-intestinale, que ce soit par voie orale ou par voie rectale. Jadis, beaucoup plus rarement aujourd’hui, l’emploi du salep était conseillé dans les cas les plus graves de diarrhée des enfants à cause non seulement de ses propriétés sédatives, mais surtout pour sa valeur nutritive, bien qu’en réalité on accordât souvent à cette dernière une importance excessive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *