Une priorité absolue: lutter contre le surpoids

Le surpoids augmente la pression sur les articulations des genoux, des hanches et de la colonne vertébrale, ou rachis. La vulnérabilité de ces articulations au poids n’est plus à démontrer. Il est donc important que vous surveilliez votre alimentation et que vous vous pesiez régulièrement. La notion de poids idéal est bien sûr toujours sujette à discussion. Néanmoins, on a défini un indice de masse corporelle, ou IMC (poids divisé par la taille au carré). Il est conseillé d’avoir tout au long de sa vie un index compris entre 18,5 et 25. En cas de sur-poids et si vous souffrez d’arthrose, il est impératif de commen-cer par maigrir. Une étude récente a démontré qu’une simple diminution du poids de 5 kg chez le sujet arthrosique en surcharge pondérale pouvait réduire de façon significative les douleurs articulaires.

MAIGRIR PROGRESSIVEMENT

Après 50 ans, si vous êtes en surpoids, en plus de l’arthrose, vous risquez de développer d’autres affections, comme un dia-bète, une hypertension artérielle … Le fait de maigrir s’inscrit donc comme une mesure préventive sur la santé. Maigrir, comme nous l’expliquons dans le chapitre sur le sur-poids et l’obésité, ne signifie pas être carencé. C’est un piège à éviter: il faut faire attention à consommer suffisamment d’ ali-ments riches en vitamines, minéraux, et à ne pas perdre de masse maigre (muscle). Le but est uniquement de réduire la masse grasse. Un amaigrissement bien conduit doit être progressif, en liai-son avec un bon équilibre alimentaire, et surtout être accompa-gné d’une activité physique régulière. Comment maigrir? S’il n’est pas utile d’exclure de façon stricte tel ou tel aliment ou groupe d’aliments, il est indispen-sable de limiter la consommation de certains produits. Les charcuteries, certaines viandes, de nombreux plats cuisi-nés, les viennoiseries, certains fromages gras, qui sont des pro-duits riches en graisses saturées et en cholestérol, ne doivent être pris qu’avec parcimonie. Il faut faire attention à la consommation des produits sucrés et éviter les deux extrêmes : L’un qui consiste à consommer, essentiellement sous forme de grignotage, divers produits sucrés à fort pouvoir calorique: barres chocolatés., pâtisseries diverses: ..

L’autre qui exclut de façon quasi systématique les sucres de l’alimentation. Cette attitude néfaste a pour conséquences l’épuisement de vos réserves en sucres, puis l’utilisation des protéines de l’organisme, ce qui conduit à une fonte mus-culaire et, à terme, à une dénutrition. De plus, un apport insuf-fisant en sucres induit souvent une augmentation de la prise de corps gras! N’éliminez donc pas le sucre de votre menu, mais favorisez la consommation de produits à index glycémique bas. Les régimes hyperprotéinés ne sont pas non plus à conseiller, ils peuvent être nocifs pour la santé. Fondés sur un apport riche en protéines et pauvre en énergie, ils déstabilisent votre physio-logie et entraînent souvent des carences en micronutriments. Uniquement intéressants pour enclencher l’amaigrissement, ils ne doivent être utilisés que sur une très courte période (sept jours) . Leur seul avantage est de vous motiver puisque vous pouvez perdre rapidement du poids sans altération de la masse maigre. Mais attention, compte tenu de ses méfaits, un tel régime ne peut être institué qu’avec avis et suivi médicaux et sur une durée limitée. L’idéal est de suivre un régime hypocalorique modéré et équi-libré associé à une activité physique régu-lière, ce qui permet une perte du tissu adipeux et le maintien d’un bon statut musculaire. Astreignez-vous à prendre un peu de temps pour mener votre auto enquête alimentaire: quels sont les aliments que je consomme en excès? Mon apport en aliments lipidiques et glu-cidiques n’est-il pas trop important? Mes repas ne sont-ils pas déstructurés? Est-ce que je mange dans de bonnes conditions, au calme? Quelle est la place du grignotage alimentaire dans ma vie de tous les jours? Autant de questions que vous devez vous poser car les personnes en surpoids sous-estiment souvent de façon importante leurs apports énergétiques réels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *